Quel bois de chauffage choisir ?

Le combustible naturel pour le chauffage est de plus en plus utilisé pour ses nombreux avantages, notamment son atout écologique et sa rentabilité. Effectivement, c’est une des meilleures alternatives pour diminuer les dépenses en chauffage. Si le bois de chauffage fait alors partie des combustibles naturels les plus prisés, est-ce que toutes les essences présentent les mêmes performances ?

Choisir l’essence de bois adaptée

La qualité des bois de chauffage est mesurée suivant leur pouvoir calorifique. Il s’agit de la chaleur produite lors de la combustion. Ainsi, les bûches issues de différentes essences ne produisent pas la même chaleur. Voilà pourquoi certaines essences de bois sont bien plus rentables que d’autres. Elles sont d’ailleurs classées en 3 groupes.

G1

La première catégorie regroupe les feuillus durs, incluant le hêtre, le chêne, l’orme, le charme, l’érable et le frêne. De combustion lente et totale, ces essences de bois présentent des performances optimales en tant que bois de chauffage. Ces feuillus durs sont économiques et dégagent moins de fumées et d’étincelles. S’ils sont alors les moins polluants, ils répondent aux principes écologiques et constituent de ce fait, les essences les plus privilégiées. Par contre, ces essences d’arbres mettent beaucoup de temps à sécher, au minimum 2 ans. Le taux d’humidité recommandé pour avoir un bois de chauffage calorifique est de 20 % environ.

G2

La deuxième catégorie correspond aux essences de bois intermédiaires. L’acacia, le châtaigner, le merisier et divers arbres fruitiers en font partie. Une fois transformées en bûches, ces espèces d’arbres génèrent rapidement de la chaleur, même si leur pouvoir calorifique est inférieur à celui des feuillus durs. Cependant, la chaleur produite ne dure pas assez longtemps. De combustion rapide, les essences de la catégorie G2 conviennent aux appareils à accumulation. Comparées à celles de la première catégorie, elles sont moins chères.

G3

Les essences de la troisième catégorie sont les feuillus tendres et résineux, dont le sapin, le pin, l’épicéa, le peuplier, le mélèze, le bouleau et le platane. Elles se distinguent notamment par leur haut pouvoir calorifique. Puisqu’elles s’allument rapidement, elles conviennent au démarrage du feu, à condition d’être bien sèches. Elles sont bien plus efficaces sous forme de granulés. En revanche, les essences résineuses produisent des éclats de cendres ou des escarbilles lors de leur combustion. Non seulement elles encrassent les dispositifs de chauffage, mais peuvent aussi provoquer des accidents, notamment en cas d’utilisation d’une cheminée ouverte.

En gros, les bûches classées dans la catégorie G1 sont les meilleurs bois de chauffage, mais le mélange des essences permet d’exploiter toutes leurs qualités. Ainsi, les bûches de type résineux peuvent être utilisées pour démarrer rapidement le feu au profit des feuillus durs qui mettent du temps à s’enflammer. Aussi, il vaut mieux se renseigner sur les essences de bois les plus adaptées aux spécificités des appareils de chauffage.

Où trouver du bois de chauffage de qualité ?

L’entreprise AS PAYSAGE ARNAUD SCHWINDLING commercialise des bois de chauffage sous forme de grumes issues de l’ébranchage des hêtres et des charmes. Monsieur Arnaud Schwindling propose la livraison à domicile à partir de 58 de commande. Il intervient dans quelques communes du département de la Moselle, notamment à Sarreinsming, Grosbliederstroff, Sarreguemines, Sarralbe, Rohrbach-lès-Bitche et Woustviller.

À quel point le chauffage au bois est rentable ?

Faisant partie des combustibles les plus abordables proposés sur le marché, le bois est nettement moins cher que l’électricité et le fioul. Également, le prix du bois de chauffage est plutôt stable, contrairement à celui du gaz. Sachant alors que les bois du G1 produisent suffisamment de chaleur pour une petite quantité de bûches utilisées, l’énergie fournie par stère est estimée à 2000 kWh en moyenne. Les essences de bois du G2 fournissent 1700 kWh, tandis celles du G3 produisent 1600 kWh. Par ailleurs, l’apparition de nouveaux dispositifs plus performants optimise davantage le rendement énergétique d’un foyer utilisant le chauffage au bois. Il y a entre autres, le poêle à bûches, le poêle à granulés de bois, la cheminée à insert, etc.